Logo checknews.fr

Votre question

Eric Coquerel est-il vraiment parvenu à faire annuler une messe dans le 93 ?
posée par Martin Isse, le 20/03/2018

Bonjour,

La réponse est non, même si la messe du soir a bien été annulée.

Votre question fait référence à l'entrée d'un centaine de personne à l'intérieur de la Basilique Saint-Denis, dimanche 18 mars 2018 dans le cadre d'une manifestation en faveur des sans-papiers. Les coordinations de Paris et de Seine Saint-Denis du réseau de lutte pour les sans-papiers (CSP) avaient appelé à un rassemblement devant la Basilique pour demander le retrait du projet de loi Asile et immigration, la régularisation des sans-papiers et de meilleures conditions d'accueil. Ils ont rapidement été évacués par la police, comme vous pouvez le voir sur cette vidéo : 

Polémique à droite

En réaction, Marine Le Pen a accusé la France Insoumise d'avoir appelé des «migrants à profaner la Basilique Saint-Denis» :

Eric Coquerel, député de la 1ère circonscription de la France Insoumise a réaffirmé sur Twitter son soutien à «cette occupation sans irrespect ni violence» :

Interrogé par CheckNews, il confirme avoir été présent au moment de l'entrée dans la Basilique, en soutien et non comme organisateur. «L'objectif était symbolique. Il était de rester une heure ou deux, de façon à ce que les médias arrivent», explique-t-il. Depuis cet épisode, Eric Coquerel indique avoir reçu des menaces physiques, notamment par mail, et prévoit de porter plainte.

D'autres réactions indignées de plusieurs élus du Front National, mais aussi de Valérie Boyer, secrétaire général adjointe des Républicains ou encore de Nicolas Dupont-Aignant sont venues alimenter la polémique :

D'après le diocèse interrogé par CheckNews, «il n'y a pas eu de dégradation, c'est resté tout à fait digne». La centaine de manifestants - y compris le député de la France Insoumise Eric Coquerel venu en soutien - a rapidement été expulsée du lieu par la police qui a ensuite été fermé, comme l'explique brièvement le diocèse dans un communiqué :

«Vers 15 heures, une centaine de personnes appartenant à plusieurs Coordinations de lutte pour les sans-papiers ont pénétré dans la basilique cathédrale Saint-Denis. Durant cette manifestation, des banderoles ont été déployées mais aucune dégradation n’a été constatée. Les services de police sont intervenus pour procéder à l’évacuation des lieux. Par mesure de sécurité, le recteur et l’administrateur de la Basilique cathédrale Saint-Denis ont décidé de fermer l’édifice au public après cette évacuation. La messe du soir a donc dû être annulée».

La messe du soir a donc été annulée, non pas à la demande des manifestants, ni d'Eric Coquerel, mais à cause de la fermeture du bâtiment «par mesure de précaution», d'après le diocèse. Rappelons que le réseau de la CSP s'est formé lors d'une première occupation de la Basilique qui avait duré plusieurs jours au mois d'août 2002, avec le soutien du Père Bernard-Jean Berger, curé de la Basilique à cette époque-là. 

Les porte-parole de la coordination des sans-papiers de Seine-Saint-Denis lui avaient demandé l'autorisation pour «occuper l'édifice pour sensibiliser l'opinion publique et l'Etat à leur galère, le prêtre aux allures d'éternel boy-scout ne se fait pas prier», comme l'explique Le Parisiendans cet article.

Cette fois-ci, l'objectif était le même, mais les manifestants sont entrés sans avoir effectué de «demande initiale», d'après le diocèse. 

Cordialement,

Emma Donada

Partagez cette réponse

Nos dernières réponses