Logo checknews.fr

Votre question

Y a-t-il entre 400 000 et 500 000 étrangers en situation irrégulière en France comme le dit Eric Ciotti ?
posée par Arnaud, le 12/02/2018

Bonjour, 

Il est par définition compliqué de chiffrer le nombre d'étrangers en situation irrégulière. La fourchette évoquée par Eric Ciotti est assez habituelle. Gérard Collomb estimait en novembre dernier que le nombre d'étrangers en situation irrégulière était d'environ «300 000» à ce jour. 

L'estimation du nombre d'étrangers en situation irrégulière se fait communément sur la base du nombre de bénéficiaires de l'AME. Ces derniers étaient 311 310 à la fin 2016, dont 23 041 outre-mer. 

Toutefois, cet indicateur ne peut être pris qu'avec des pincettes. Tous les étrangers en situation irrégulière ne sont pas forcément bénéficiaires de l'AME. Ainsi, le rapport d'octobre dernier de la députée Véronique Louwagie pour la commission des finances explique que la baisse du nombre de bénéficiaires de l'AME enregistrée en 2016 ne traduit pas forcémernt une baisse des étrangers en situation irrégulière : 

La baisse du nombre de bénéficiaires de l’AME pourrait être liée à la conjonction de plusieurs phénomènes que sont une défiance croissante des migrants à se faire enregistrer et donc connaître par les services de l’Etat par crainte de l’application de la procédure Dublin, au fait que les migrants sont répartis sur l’ensemble du territoire ce qui retarde les prises en charge en raison de la moindre présence d’associations et de la nouveauté pour les hôpitaux et à la prise en charge directe par l’assurance maladie des migrants via l’agence régionale de santé d’Ile-de-France.

A l'inverse, certains étrangers ayant recours à l'AME une année donnée peuvent avoir quitté le territoire ou obtenu une régularisation de leur situation. On peut donc trouver parmi les bénéficiaires des étrangers ayant vu leur situation régularisée ou ayant quitté le territoire. 

En 2008, le groupe Claris avait publié une note très complète sur la difficulté à estimer le nombre de sans-papiers, en réactions aux affirmations du ministre de l'Intérieur d'alors, Brice Hortefeux, qui se félicitait de la baisse du nombre de clandestins en France.  

Cordialement,

C.Mt

 

Partagez cette réponse

Nos dernières réponses