Logo checknews.fr

Votre question

Emery ne doit-il pas profiter de l'absence de Carvajal pour titulariser Kurzawa et mettre Meunier à la place d'Alves pour contrer les assauts de Marcelo ?
posée par Pseudoman, le 12/02/2018

Ce mercredi 14 février, opération spéciale Ligue des champions sur CheckNews: la rédaction de Libé, emmenée par Grégory Schneider, répond à (presque) toutes vos questions sur le 8e de finale aller entre le Real Madrid et le Paris Saint-Germain.

Bonjour, 

Eh bien, je ne sais pas, mais la question est passionnante. Elle induit une vision du match dépendante des duels, du moins en partie. Et c'est vrai que les joueurs de côtés dont il est question (l'arrière gauche du Paris-SG Layvin Kurzawa contre l'arrière droit remplaçant du Real Nacho, qui supplée Daniel Carvajal suspendu; l'arrière droit parisien Thomas Meunier contre l'arrière gauche brésilien du Real Madrid Marcelo) sont pensés dans le foot de toujours comme des joueurs de duels, durs et endurant, en opposition aux joueurs d'axe qui sont plus dans l'évitement et la capacité à se déplacer entre les lignes de l'équipe adverse. Pour autant, cette vision «de duel» est simpliste.

Un joueur est une pièce d'un ensemble plus large. Le milieu gauche du Paris-SG Adrien Rabiot, au profil plus défensif que celui de Julian Draxler, qui joue parfois milieu gauche aussi, peut par exemple permettre d'aligner un arrière gauche plus offensif puisque Rabiot «compensera» plus naturellement les montées de celui-ci. Donc, un joueur prend sens quand on regarde ceux qui sont alignés autour de lui. Chaque joueur a à la fois des forces et des faiblesses. Si l'on veut exploiter ses forces, il faut minimiser ses faiblesses en articulant les «compétences» de ceux qui évoluent autour de lui.

Par ailleurs, l'ancien joueur et actuel consultant de Canal+, Habib Beye, avait expliqué sur Europe 1 la chose suivante voilà quatre ans: quand un défenseur latéral attaque, il force son vis-à-vis à défendre, c'est-à-dire qu'il l'éprouve, et que celui-ci aura moins de jus pour attaquer ensuite. En fait, celui qui attaque défend aussi par anticipation, en le mettant sous pression et en le forçant à donner de l'énergie. C'est un peu le jeu du tir à la corde en inversé: ce que tu gagnes, l'autre le perd.

Cordialement, 

Grégory Schneider

Partagez cette réponse

Nos dernières réponses