Logo checknews.fr

Votre question

Y a-t-il vraiment eu une manipulation des images du supposé «bain de foule» d'Emmanuel Macron en Corse?
posée par Romain, le 11/02/2018

Bonjour,

Plusieurs internautes ont affirmé que le «bain de foule» d'Emmanuel Macron dans les rues d'Ajaccio à l'issue du dépôt d'une gerbe en hommage au préfet Claude Erignac à la préfecture, le 6 février 2018 était une invention des médias, et que les images avaient été manipulées pour faire croire à une foule. A chaque fois, les auteurs des posts affirment que la prétendue foule présente pour accueillir le président était en fait composée de «15 personnes et 100 journalistes»

Dans un photomontage largement diffusé, on retrouve une capture d'écran de BFM et d'une foule vue de haut, suggérant que la chaîne a menti sur le nombre de personnes présentes. 

capture d'écran

Les internautes s'appuient également sur une vidéo publiée part le compte @relativise et présentée comme la version non censurée d'un reportage de France 3 Corse où l'on retrouve le plan en hauteur. 

 

Il est vrai que des médias ont qualifié la séquence devant la préfecture de «bain de foule», à l'image de BFM ou du journaliste de France 3 qui évoque «un long bain de foule». Et il est exact que le plan large de France 3 correspond, comme le suggère le photomontage, aux images serrées diffusées par BFM qualifiant la scène de «bain de foule».

Nous avons demandé son avis à Dominique Albertini, journaliste à Libération et envoyé spécial pour l'événement, qui concède que l'appellation est excessive. «Je n'appellerais pas cela un bain de foule. Le président est allé à la rencontre des gens, serrer des mains», estime-t-il. Il a observé peu de monde, «plusieurs dizaines de personnes», sans compter les journalistes. Le terme de «bain de foule» ne colle donc pas exactement à la réalité, même s'il y avait un peu plus que «15 personnes», comme l'affirment certains internautes. D'ailleurs, d'autres médias ont été plus réservés sur le nombre de personnes venues à la rencontre du président. «Lors d'un petit bain de foule apathique à Ajaccio, le chef de l'État a prévenu: "Il n'y a pas de négociation"», écrit par exemple le Figaro, en référence à la séquence. Dominique Albertini n'a pas mentionné cette séquence dans ses articles.

S'il y a bien eu une exagération de certains médias, France 3 n'a en revanche pas manipulé les images, ni censuré son reportage. Contrairement à ce qu'affirme le compte @relativise, l'extrait mis en ligne est directement tiré du journal télévisé diffusé sur la chaîne, le 6 février 2018, sans aucune modification. Il ne s'agit pas d'une «scène coupée au montage». Ajoutons que dans les minutes suivant la fin de l'extrait, le journaliste de France 3 précise que le président est surtout entouré d'une «horde de journalistes». 

Cordialement,

Emma Donada

Partagez cette réponse

Nos dernières réponses