Logo checknews.fr

Votre question

Bonjour, est-ce que le livre sur Trump, Fire and Fury, est un travail d'investigation sérieux ? Si non, en quoi est-il sujet à caution ?
posée par Axel, le 09/01/2018

Bonjour,

Vous faites référence à l'ouvrage Fire and Fury, publié par le journaliste américain Michael Wolff la semaine dernière aux Etats-Unis, et qualifié par notre correspondante aux Etats-Unis Isabelle Hanne de «croustillante et clivante chronique d’une année de chaos dans les coulisses de la Maison Blanche.» Voici ce qu'en écrit Libération:

Son auteur, Michael Wolff, raconte ainsi les luttes de pouvoir homériques au sein du premier cercle du Président. La désorganisation, l’impréparation, l’incompétence, crise après crise. Mais également, un Trump qui radote, incapable de se concentrer, décrit par son entourage comme un imbécile quasi illettré - «post-lettré», selon Wolff -, qui se gave de télévision et de cheeseburgers, se montre paranoïaque et obsédé par son image.

Qui est Michael Wolff?

L'auteur du livre est habitué aux polémiques. Chroniqueur médias, âgé de 64 ans, il a reçu deux prix du National Magazine pour ses chorniques dans le New York Magazine, et s'est fait remarquer pour sa biographie du magnat des médias Rupert Murdoch en 2008. Pour le New York Times, il est un «piranha de premier choix dans la mare médiatique qu’est Manhattan». En 2008, David Carr, ancien spécialiste média du New York Times, décédé en 2015, expliquait que «traditionnellement, le problème avec l'omniscience de Wolff c'est que alors qu'il pourrait tout savoir, il fait des erreurs». 

Dans son introduction au livre, Wolff explique qu'il utilise la technique journalistique de «la mouche sur le mur», qui consiste à écrire et retranscrire tout ce que l'on observe et qui donne l'impression au lecteur d'être dans la même pièce que les personnages. Pour la journaliste du New York Times Maggie Haberman, «certaines parties [du livre] sont vraies, et d'autres sont factuellement fausses».

Il crée une narration qui est théoriquement vraie, les concepts sont vrais, mais les détails sont souvent faux.

Pour l'ancienne journaliste du Guardian Bella Mackie, «Si vous connaissez Michael Wolff vous ne prendrez pas tout pour argent comptant».

Et voici ce que dit l'auteur lui même dans la note de l'auteur:

De nombreux événements qui se produisent au sein de la Maison Blanche de Donald Trump entrent en contradiction les uns avec les autres ; beaucoup, dans un style typiquement trumpiste, sont évidemment faux. Ces contradictions, ce rapport fluctuant avec la vérité, si ce n’est avec la réalité elle-même, sont des éléments constitutifs de ce livre.

Plusieurs erreurs factuelles

Et en effet, plusieurs journalistes ont relevé des erreurs factuelles dans l'ouvrage. Voici quelques exemples relevés par nos confrères de Politifact

- l'ancien président républicain de la chambre des représentants John Boehner aurait démissionné en 2011. C'était en réalité en 2015.

- Trump ignorait en 2016 qui était John Boehner. Il le mentionnait dans des tweets en 2015 et ils ont même joué au golf ensemble en 2013.

-Un reporter du Washington Post, Mark Bernan, aurait assité à un petit-déjeuner au Four Seasons. Il s'agissait d'un homonyme et non du journaliste.

Par ailleurs, l'un des amis de Trump cité dans le livre, Thomas Barrack Jr., a démenti avoir tenu les propos qui lui sont prêtés sur le président américain («il est non seulement fou, il est stupide»). 

Pour Angie Holan, le plus gros problème du livre c'est le manque de transparence et de sources. A propos d'une scène entre Steve Bannon, Trump, et sa fille Ivanka, elle écrit:

Comment est-ce que Wolff sait que cette scène s'est passée comme ça? On ne sait pas. Etait-il présent? Ce n'est pas clair. Est-ce que Bannon lui a dit? Est-ce qu'Ivanka Trump lui a dit? Est-ce que le président Trump lui a dit? Il n'y a aucun moyen de savoir, et beaucoup de scènes du livre sont comme ça. 

Janice Min, une ancienne éditrice du Hollywood Reporter où Wolff a travaillé a expliqué avoir assisté à un dîner raconté par le journaliste dans son livre. «Chaque mot que j'ai vu dans ce livre est absolument vrai», a-t-elle affirmé.

Au New York Times, elle a précisé que «parfois les gens n'aiment pas ce qu'il dit, mais je pense que l'une des choses les plus troublantes chez Michael c'est qu'il n'est loyal qu'à l'histoire». Et à propos de leur collaboration au Hollywood Reporter elle souligne: «personne n'a jamais contestés les faits qu'il relatait dans ses articles». 

Trump a qualifié le livre «d'oeuvre de fiction» et son auteur de «fraude». 

Cordialement,

P.M

 

Partagez cette réponse

Nos dernières réponses