Logo checknews.fr

Votre question

Quels blogs / sites, subventionnés ou non, professionnels ou non, ont permis l'émergence médiatique de l'affaire de la policière tabassée de Champigny ?
posée par LaurentB, le 02/01/2018

Bonjour,

Votre question revient à produire la chronologie de la médiatisation de l'aggression de la policière tabassée à Champigny. Pour cela, nous avons fait le choix d'observer les messages postés sur Twitter, où les internautes comme les médias peuvent partager des informations, et les dates de publications des articles de différents médias. A l'aide de l'outil de recherche de Tweetdeck, nous avons recherché les messages et les vidéos mentionnant les débordements à Champigny et l'agression de la policière. Voici donc cette chronologie:

Premiers tweets

À 00h20, un premier tweet mentionne un rassemblement à Champigny qui a viré à la dinguerie et où l'utilisation de gaz a été employée. Ce tweet se base sur des vidéos partagées sur le réseau social Snpachat. Il est suivi d'un autre annonçant une situation hors du commun dans la ville.

À 03h29, une première vidéo de la soirée, récupérée sur Snapchat, est partagée sur le réseau social. Elle montre l'effondrement d'un mur filmé de l'intérieur juste après minuit.  

À partir de 5 heures du matin, plusieurs tweets confirment que la salle a été gravement saccagée, que du gaz a été utilisé et que la police "s'est fait mêler", c'est à dire qu'elle s'est faite attaquer. La rumeur fausse d'une fille morte piétinée est relayée.

À 6h53, une personne raconte avoir vu une policière se faire attaquer par la foule dans la rue.


Des vidéos de la soirée, montrant le mur défoncé, sont postées à 11h35 et 12h13.

La vidéo de l'agression est publiée sur Twitter à 13h04

À 13h04, une vidéo regroupant cinq vidéos récupérées sur Snapchat, dont celle du lynchage d'une policière frappée au sol, est diffusée sur Twitter. Elle accumule aujourd'hui près de 19 000 partages.

Dès lors, on voit des messages apparaître sur Twitter mentionnant ou condamnant la violence à l'égard de la policière

On remarquera qu'à 13h40, quand cette vidéo est repostée à partir d'une capture d'écran de la vidéo de 13h04, elle commence déjà à être virale puisqu'elle compte déjà plus de 185 partages (en à priori moins de 35 minutes).

Fdesouche reprend la vidéo de l'agression 50 minutes après sa publication sur Twitter

Le site FdeSouche reprend les images à partir de 13h53

Puis averti par un internaute, il se demande si on y voit une policière se faisant tabasser à 14h17.

La diffusion auprès des comptes certifiés des journalistes ou médias

Parmi les comptes certifiés, c'est le journaliste argentin Aleja Schapire qui tweete en premier sur l'aggression de la policière à 14h03.

Ensuite Damien Rieu, qui fait partie de Fdesouche partage la vidéo de l'agression à 14h31, qui est retwittée par le journaliste police/justice du Figaro Jean-Marc Leclerc.

À 15h16, le site RT en Français publie l'article "Une policière tabassée au sol : à Champigny, le réveillon du Nouvel An dégénère (VIDEOS)". Le texte, qui a été actualisé depuis, se base principalement sur les vidéos diffusés sur Twitter. On peut y lire désormais une citation de l'AFP, au sujet des sept jours d'incapacité totale de travail accordée à la policière, mais qui n'est communiquée par l'AFP qu'en fin d'après-midi.  

À 15H53, la page Facebook CinNewsInfo, suivi par plus de 9000 personnes, partage la vidéo de l'agression et accuse les médias de taire ces violences alors qu'elle ne le fait pas pour les bavures policières. Sur les réseaux sociaux, plusieurs comptes accusent également les médias de ne pas traiter l'agression, qui n'est alors couverte selon eux que par Fdesouche et RT.

Quelques minutes plus tard, à 16h05, BFM TV publie l'article "Champigny-sur-Marne: trois policiers blessés lors d'échauffourées le soir du réveillon" sur son site 

À 16H31, la journaliste Sihame Assbague partage une série de tweets au sujet de l'émeute et de l'agression de la policière à Champigny

À 16h33, le Parisien publie l'article "Un réveillon dégénère à Champigny : deux policiers tabassés" signé par le journaliste Denis Courtine.  

À 16h40, la chaîne de télévision M6 Info tweete: "#Champigny : au sol, une policière est rouée de coups, lors de la soirée du réveillon ".

À 16H45, le Huffington Post commence la compilation des réactions des hommes et femmes politiques dans l'article "Une policière passée à tabac à Champigny-sur-Marne, premières réactions politiques" .

À 16h50, la chaîne de télévision Franceinfo publie l'article "Champigny-sur-Marne : deux policiers violemment agressés par un groupe d'individus lors du réveillon"

À 16h51, la journaliste Aida Touihri poste un message, où elle souhaite un prompte rétablissment à la policière agressée.

À 16h52, le ministre de l'Intérieur raconte sur Twitter qu'il s'est entretenu avec les policiers blessés.  

À 16H57, l'agence de presse Reuters publie la dépêche "Deux policiers blessés lors d'échauffourées près de Paris" sur son site 

À 17h04, le Figaro publie l'article "Nuit de la Saint-Sylvestre : deux policiers molestés à Champigny-sur-Marne" de son journaliste Jean-Marc Leclerc. 

À 17h37, l'AFP envoie sa première dépêche "Nuit de la saint-sylvestre: deux policiers tabassés dans le Val-de-Marne", qu'elle complète à 17h38  aussitôt en incluant la réaction d'Emmanuel Macron (postée à 17h26 sur son compte Twitter) par le texte "Macron promet que les agresseurs de policiers à Champigny seront "retrouvés et punis". Ces dépêches seront ensuite reprises par les nombreux clients de l'AFP (La Provence, France 24, etc).

L'agression de Champigny serait-elle passée inaperçue sans le travail de Fdesouche?

Il est difficile de répondre à cette question. On peut accorder à Fdesouche.com d'avoir été sûrement le premier site, disons influent, à relayer les images du lynchage de la policière. Il est ensuite suivi par RT en Français. Mais leur travail est difficilement comparable avec celui des sites d'information plus traditionnels, qui n'ont relayé l'information qu'à partir d'environ 16h00 et jusqu'à 17h37 pour l'AFP. Dans le cas de Fdesouche et même de RT, ces sites ont simplement partagé plusieurs vidéos partagées sur les réseaux sociaux et construit un récit autour. Tandis que dans le cas de BFM TV, Le Parisien, Le Figaro ou encore les agences Reuters et l'AFP, ces médias ont fait travailler leurs journalistes des services police/justice pour vérifier l'information de l'agression de la policière, qu'ils ont complétée par d'autres éléments, comme par exemple le nombre de jour d'ITT. Cette information est d'ailleurs reprise plus tard par RT et l'article de Fdesouche ressemble aujourd'hui à un patchwork d'informations récupérées sur les autres sites d'informations. 

Aussi, on peut noter, que le compte Twitter de Fdesouche a relayé sur son propre compte, la vidéo de l'agression, mais son nombre de partage est bien inférieur à celui de la vidéo originale postée à 13h04 sur Twitter. Comme noté précédemment, cette vidéo avait déjà commencé à devenir virale (185 partages en 40 minutes), sans doute à cause des images violentes et hors du commun qu'elle montrait. Bien sûr, le travail de chaque site, qui l'a intégrée dans ses contenus lui a permis de se viraliser encore plus. 

Cordialement,

Jacques Pezet


Cette réponse vous a plu? Vous souhaitez en lire d'autres? Abonnez-vous à nos comptes Facebook ou Twitter pour rester informé de l'actualité et découvrir les prochaines questions qui nous seront adressées.

Partagez cette réponse

Nos dernières réponses