Logo checknews.fr

Votre question

Où en est l’enquête sur les assistants parlementaires de Jean-Luc Mélenchon à l’UE ?
posée le 14/12/2017

Bonjour,

Une vingtaine d'eurodéputés (sans compter le FN) sont visés par une enquête sur leurs assistants parlementaires.

Rappelons d'abord sur quoi porte cette enquête:

En contrefeu à l'enquête sur les assistants parlementaires de Marine Le Pen et plusieurs eurodéputés FN, Sophie Montel (alors FN, et depuis passée chez les patriotes de Florian Philippot) a dénoncé 19 eurodéputés français de tous bords et leurs assistants pour des emplois supposés fictifs. Le FN dénonçait alors un «deux poids, deux mesures» dont il aurait été victime. Comme nous l'expliquions dans une précédente réponse Checknews, Marine Le Pen et le Front national ont été mis en examen pour l'emploi supposé fictifs des assistants des eurodéputés FN. 

Le parquet de Paris a ouvert le 22 mars une enquête préliminaire pour «abus de confiance» visant cette vingtaine de députés. Après de nouvelles dénonciations de Sophie Montel, l'enquête a été élargie en juillet à Jean-Luc Mélenchon et quatre de ses assistants parlementaires. Le leader de la France insoumise, alors eurodéputé,  déclarait : «Aucun de mes assistants n’a jamais exercé de responsabilité politique ni à l’intérieur du Parti de gauche ni pour La France insoumise [] donc je ne sais pas pourquoi on me cherche noise».

Les enquêteurs cherchent à savoir si des fonds européens ont servi à rémunérer des salariés employés à d'autres fonctions dans leurs partis respectifs. L'enquête, confiée à l'office anticorruption de la police judiciaire (Oclciff) est toujours en cours. Contacté par Checknews le parquet de Paris «n'a pas d'élément nouveau à communiquer». Il n'a donc pas encore décidé de classer ni d'ouvrir une information judiciaire sur Jean-Luc Mélenchon et les députés des autres groupes cités dans cette enquête préliminaire.

En revanche, le parquet a décidé, concernant le Modem, d'ouvrir une enquête préliminaire spécifique, puis une information judiciaire, suite à un nouveau témoignage sur des soupçons d'emploi fictif au sein du parti.

Cette enquête a conduit à la démission du gouvernement des ministres Modem au début de l'été: François Bayrou, Murielle de Sarnez et Sylvie Goulard. 

Cordialement,

P.M

Partagez cette réponse

Nos dernières réponses