Logo checknews.fr

Votre question

Le Rwanda a-t-il mandaté un cabinet d'avocats américain pour enquêter sur le rôle de la France avant, pendant et après le génocide ? Et si oui, pourquoi aucun média français n'en fait part ?
posée le 14/12/2017

Bonjour,

Un cabinet d’avocat américain, Cunningham Levy Muse, mandaté par le gouvernement rwandais, a publié mercredi 13 décembre un rapport préliminaire sur le «rôle des officiels français dans le génocide contre les Tutsis», uniquement relayé, dans le web francophone, par la BBC Afrique et Jeune Afrique. Le premier se présente comme la section francophone de la BBC. Le second est un magazine qui se présente comme panafricain mais dont la rédaction est basée à Paris.

«Sur la seule base des documents publics, on peut dire que de hauts responsables français étaient conscients et ont appuyé, dans leurs buts et dans leurs actes, à la fois le gouvernement Habyarimana et les génocidaires. [...] Les archives françaises sont, sans aucun doute, pleines de documents et d’informations sans lesquels l’histoire complète de cette période ne sera pas connue. [...] La France devrait coopérer pleinement avec l’investigation du gouvernement du Rwanda», estiment les auteurs du rapport dans leurs conclusions, selon Jeune Afrique.

Peu de médias français à proprement parler ont relayé cette information. À Libération, la raison en est simple, explique Maria Malagardis, du service Planète, qui a couvert le génocide.  «Il n’y a pas de nouveautés, dans ce rapport, vis-à-vis de ce qu’on savait déjà. On en parlera dans Libération dans un dossier consacré plus globalement au sujet du génocide. On attend qu’il y ait d’autres développements judiciaires pour pouvoir en parler», explique-t-elle.

L’Agence France Presse (AFP), dont les journalistes dans le monde entier fournissent en dépêches (des articles très factuels, ndlr) beaucoup des rédactions de France, n’en a par ailleurs pas publié sur le sujet. Contacté par Checknews, le rédacteur en chef du service Afrique de l’AFP livre une analyse similaire : «De fait, ce rapport n’apporte rien. C’est un résumé des épisodes précédents qu’on connaissait déjà. En plus, il a été payé par le gouvernement rwandais donc il n’est pas étonnant qu’il reflète leur point de vue.»

Or, le fil de l’AFP est une source importante pour beaucoup de médias français ne disposant pas de correspondants à l’étranger. Sans dépêche, beaucoup de journaux sont susceptibles de passer à côté de certaines informations, surtout lorsqu’elles ne présentent que peu d’intérêt comme celle-là, et ne remontent donc pas jusqu’à leurs journalistes.

Le porte-parole adjoint du ministère français des Affaires étrangères a réagi à la publication de ce rapport en ces termes : «Sans être surpris par le contenu d'un rapport commandé par les autorités rwandaises à un cabinet privé américain, nous ne pouvons que relever un certain nombre d'inexactitudes», avant de détailler ces «inexactitudes».

Cordialement,

Valentin Graff

Partagez cette réponse

Nos dernières réponses